Mon compte
Retour à la page d'accueil

UFME

L’isolation acoustique

Isoler l'habitat des bruits extérieurs est une opération souvent délicate en rénovation. L'isolation d'une façade, vis-à-vis du bruit, met en jeu des phénomènes acoustiques complexes. Tous les éléments de l'ouvrage sont concernés : paroi opaque, fenêtre, entrées d'air, coffre de volet roulant, liaisons et calfeutrements entre les éléments. Ainsi, un traitement limité à la seule fenêtre peut se conclure par une amélioration insuffisante si le rôle des autres éléments est négligé. Il est donc fortement conseillé de réaliser un diagnostic de la façade.
Il doit vérifier les points suivants :
  • la présence de fissures (éventuellement à colmater),
  • les joints de maçonnerie dégradés (à traiter),
  • l'état des liaisons entre les ouvrages de nature différente (allège légère / maçonnerie lourde, menuiserie à conserver / maçonnerie,...),
  • l'exigence et le rôle des grilles et des bouches de ventilation. Les bouches assurant l'aération d'une pièce seront supprimées et remplacées par des entrées d'air acoustiques incorporées dans la menuiserie ou le coffre de volet roulant, sinon par des entrées d'air murales. Attention l'aération nécessaire au fonctionnement des appareils de combustion doit être impérativement préservée.

A la suite de ce diagnostic, il est important d'évaluer les besoins du client et donc de son environnement sonore . A savoir : la gêne est peu probable quand le niveau d'exposition diurne ne dépasse pas 60 dB (A), elle est inévitable dés que celui-ci atteint 70 dB(A).
La réglementation française a fixé pour les logements neufs une valeur d'isolation minimale de façade de 30 dB.

En l’absence de mesure d’isolement de l’ouvrage, l’expérience montre que l’isolement d’une façade ancienne équipée d’une fenêtre traditionnelle est compris entre 23 et 25 dB. Les isolements DnT,A,tr après travaux d’amélioration sont compris entre 30 et 35 dB.
 
La certification ACOTHERM
Elle concerne les menuiseries extérieures vitrées en usine, en bois, métal ou PVC, de conception traditionnelle ou non. Quatre classes d'indice d'affaiblissement acoustique sont définies : AC1 à AC4, de la moins à la plus exigeante. Cette certification concerne également les performances thermiques des produits visés.

Solutions pour atténuer un bruit aérien extérieur par la rénovation des menuiseries.

L'objectif est de supprimer tout passage d'air et d'améliorer l'isolation acoustique. Le professionnel peut alors choisir entre plusieurs solutions possibles :

  • conservation des ouvrants et pose de vitrages acoustiques. Cette solution suppose que le dormant et les ouvrants puissent supporter la surcharge du vitrage ;
  • remplacement de la menuiserie pour une menuiserie neuve, étanche à l'air et équipée d'un vitrage acoustique. Dans le cas où le dormant d'origine est en bon état, il peut éventuellement être conservé pour servir de support à un nouveau dormant, solution qui occasionne une gêne moindre car on ne touche pas à la maçonnerie ;
  • pose d'une double fenêtre. Cette solution peut, en particulier, convenir aux cas de conservation d'anciennes menuiseries extérieures ayant une valeur historique et patrimoniale en secteur sauvegardé, par exemple.

Échelle des bruits en dB(A)

Entrées d’air & acoustique
Les passages directs à travers la maçonnerie seront remplacés par des entrées d’air « acoustiques », conduits dont les parois sont recouvertes de matériaux absorbants et dimensionnés pour laisser à la fois passer suffisamment d’air et « piéger » le bruit aérien extérieur.
La réglementation acoustique définit des niveaux d’isolement de façade qui tiennent compte de plusieurs paramètres, se renseigner auprès de la Mairie.

Détermination de la classe d’isolement acoustique des entrées d’air pour un isolement de la façade de 30 dB :
  • si la surface de la pièce (en m²) / le nombre d’entrées d’air ≥10, choisir un classement ESA 4 (ou mini 36 dB)
  • si la surface de la pièce (en m²) / le nombre d’entrées d’air ≤ 10, choisir un classement ESA 5 (ou mini 39 dB)